Actualité /

LE 8 MARS 2017 JOURNÉE DE LA FEMME AVEC L’APPUI DU PROGRAMME VIH/SIDA ET DÉPISTAGE VOLONTAIRE AU CRAFOD KIMPESE

  • B1.jpg
  • lau2.gif
  • sida-61f47.jpg
  • sid-d54bf.jpg

A l’occasion de la journée internationale de la femme célébrée le 8 mars de chaque année, la Fédération des Femmes Protestantes de Kimpese a organisé une conférence sous le thème « ….. » avec l’appui du Département de Santé à travers le Programme VIH/SIDA de CRAFOD Kimpese à la salle Wakoli .Cette activité a eu comme but de mobiliser les filles d’au moins 15 ans et les femmes en âge de procréation afin d’être sensibilisées sur le leadership de la femme, l’égalité de sexe, les moyens de transmission et prévention du VIH/SIDA ainsi que sur les moyens de prévention des violences sexuelles. C’est dans ce cadre que cette activité a été honoré par la présence des plusieurs autorités féminines telles que la Présidente de la FFP, la Sous-Proved, la Chargée de Suivi et Evaluation du CRAFOD Kimpese du Programme VIH ainsi que l’Administratrice Adjointe du territoire. Cette activité a connue également la participation de plusieurs femmes venant des horizons différentes à savoir des élèves et d’enseignantes des écoles (ITP Kiundu, Lycée Lamba, Institut Kibanz Kimbanguiste, etc.), des religieuses de l’église catholique, des femmes protestantes venues célébrer cette journée.

L’activité de la journée du 8 mars 2017 de la femme à CRAFOD Kimpese a commencée par la prière, l’hymne national de la RD.Congo, le mot d’ouverture de la Présidente de la FFP. Elle a exposée brièvement sur le déroulement de l’activité et les différentes interventions des autorités féminines invitées.C’est dans ce cadre que Mme Esther Luhunu, la DG du CECO a pris la parole afin d’exhorter les femmes sur la nécessité de se mettre ensemble pour avoir une seule pensée, une même attitude pour aller de l’avant à l’égard de la pandémie du VIH et de tous les maux qui rongent les mamans. Après l’intervention de la DG de CECO, il y a eu celle du Dr Laurencie Bikandu, la Responsable du M&E du Projet VIH/CRAFOD qui s’est étendue sur le thème de l’intégration totale de la femme dans la lutte contre le VIH.

En effet, Dr Laurencie Bikandu a exposée durant 30 minutes sur les moyens de prévention (PTME, CDV, etc.) et les moyens de transmission du VIH (rapport sexuel, objets tranchants, etc.) à l’aide de la boite à images de SANRU d’une part. D’autre part, elle a exposée sur les violences sexuelles basées sur le genre et plus spécifiquement le genre féminin. De ce fait, elle a exhortée les femmes à se faire dépister volontairement auprès des infirmiers présents pour la circonstance afin de connaitre leur statut sérologique pour une prise en charge en cas de positivité. Dans la même logique, elle a exhorté les femmes à dénoncer les auteurs de violences sexuelles auprès des instances compétentes (Police, Cliniques juridiques) afin qu’ils soient jugés.

Une fois que l’exposée du Dr Laurencie Bikandu a pris fin, nous avons assisté à une foule des femmes parmi lesquelles des élèves, qui venaient pour se faire dépisté volontairement. Parmi ces femmes, nous avons recueilli, les propos des trois élèves et d’une enseignante :

  • A la question « comment vous vous sentez après le dépistage volontaire ? » : Deux élèves de 5èmes humanités en Electronique de l’ITP Kiundu nous ont confié qu’elles se sont faites dépistées et ont la conscience tranquille. A la question « Quelle partie de l’exposée du Dr Laurencie Bikandu vous a touché ? » : Elles affirment qu’elles ont été touchées particulièrement par les moyens de prévention sur les objets tranchants et les violences sexuelles. Elles affirment qu’elles feront tout de leur possible pour se protéger contre les violences sexuelles et elles vont également sensibiliser leurs condisciples absentes dans la salle au sujet de ce qu’elles ont entendu lors cette conférence.
  • Une autre élève de 5ème humanité Pédagogie du Lycée Lamba nous a confié qu’elle a été touchée par le message sur la prévention à partir des objets tranchants. Elle sent à l’aise d’avoir obtenu des garanties sur les fausses rumeurs selon lesquelles il y a un mélange de sang lors du dépistage volontaire. Elle est sûre maintenant que son sang est fichier et qu’il n’y aura pas d’erreur possible. C’est l’information qu’elle compte ramenée à ses copines.
  • Une enseignante de l’Institut Kimbanguiste Kibanz nous a confié qu’elle se sent à l’aise d’avoir fait le dépistage au VIH. Elle affirme que c’est la troisième fois qu’elle le fasse et qu’elle continuera à le faire à chaque fois l’occasion se présentera.

Outre, l’intervention du Dr Laurencie Bikandu, Mme Philomène Madilua (Sous-Proved du territoire de Songololo) s’est appesantie sur la parité entre l’homme et la femme en expliquant que la femme doit prendre conscience de ce concept de parité afin de bannir des préjugés du genre masculin qui la restreint dans les milieux scolaires et du travail. En effet, Mme Philomène Madilua exhorte les femmes à réfléchir à comment elles peuvent atteindre ce défis de la parité de 50/50. Elle a fini son exposée en disant : « si la femme veut, elle peut ». En effet, pendant que les filles et les femmes se faisaient dépister à l’extérieur, à l’intérieur les membres du protocole distribuaient un Cocktails aux participants à la conférence.

Ainsi l’activité de la journée du 8 mars 2017 (mois de la femme) organisée par la Fédération de Femmes Protestantes (FFP) avait pris fin par une marche de santé vers le labyrinthe de CRAFOD en compagnie de Mme Chantal du Département de Social dans une ambiance musicale et de sérénité.


Par : RÉDACTION CRAFOD
Le : 2017-05-17T21:45:00+02:00