Foire Agricole /

Edition 2012 - Motivation sur l’organisation de la deuxième édition

  • foire-2.jpg
  • foire-3.jpg
  • foire-4.jpg
  • foire-5.jpg
  • foire-6.jpg
  • foire-7.jpg
  • foire-8.jpg
  • foire-9.jpg
  • foire-10.jpg
  • foire-11.jpg
  • foire-12.jpg
  • foire-12-1.jpg
  • foire-13.jpg
  • foire-13-1.jpg
  • foire-14.jpg
  • foire-14-1.jpg
  • foire-15.jpg
  • foire-15-1.jpg
  • foire-16.jpg
  • foire-16-1.jpg
  • foire-17.jpg
  • foire-17-1.jpg
  • foire-18.jpg
  • foire-18-1.jpg
  • foire-19.jpg
  • foire-20.jpg
  • foire-21.jpg
  • foire-22.jpg
  • foire-22.jpg
  • panneau_pub.jpg

Etant un moteur important de la sécurité alimentaire, de l’exportation, de la croissance et du développement économique local, l’agriculture marchande dans les zones rurales du Bas-Congo est dominée par l’agriculture de subsistance. Souvent exercée d’une manière informelle, l’agriculture de subsistance est à la base du recours encore trop faible par les petits exploitants agricoles des services offerts par les opérateurs de la micro finance et de la non diversification des produits vendus. Plusieurs causes sont à la base de la prééminence de l’agriculture de subsistance sur l’agriculture commerciale dans le district de Cataractes au Bas-Congo :


  • L’évacuation pénible des produits agricoles (secs et périssables) due entre autres à l’éloignement des bassins de production par rapport aux marchés urbains, la détérioration lente des certaines pistes communautaires abandonnées aux CARG et le coût élevé de transport des produits.
  • Les faibles compétences commerciales des petits exploitants agricoles ne leur permettent pas d’accéder facilement aux marchés urbains nationaux et transnationaux.
  • Les tracasseries policières tout au long des routes d’intérêt national.
  • La non professionnalisation de 85% des petits exploitants agricoles dans une ou deux cultures agricoles préférées. Voulant se prémunir des effets du changement climatique, le petit exploitant agricole développe les stratégies de survie en faisant tout à la fois sans avoir la maîtrise de la culture agricole qu’il pratique et de son environnement biophysique.
  • Etc.

D’où, l’enfermement des petits exploitants agricoles dans un cycle de pauvreté auquel les Acteurs publics, les Opérateurs privés et les Opérateurs sociaux du Bas-Congo – poussés par l’application du principe de la gestion tripartite des Etats – travaillent en synergie pour accompagner les communautés rurales de base dans leurs efforts d’affranchissement des conditions moins humaines vers les conditions plus humaines par l’augmentation de leurs revenus agricoles. Cette initiative foraine - dont les objectifs et les activités principales sont ci-dessous décrits - est un des moyens choisi par le CRAFOD et ses partenaires pour consolider les cultures de la paix et de la bonne gouvernance d’une part et, contribuer à la promotion de l’agriculture durable dans le Bas-Congo.


THEME RETENU :
PME AGRICOLES, PROFESSIONALISATION ET ACCES AU MARCHE


Par : RÉDACTION CRAFOD
Le : 2017-05-17T08:50:00+02:00